aucun “J”
Les jeux qui ne me m’ont pas convaincu. Peut-être vous plairont-ils ?
Nom du jeu Europhile
Auteur non mentionné  
Éditeur ou distributeur

 Éditeur ou distributeur

En principe, l’éditeur décide et finance la conception et la fabrication du jeu, tandis que le distributeur assure la diffusion de ce jeu auprès des revendeurs de sa zone géographique.
Parfois, l’éditeur et le distributeur ne font qu’un, parfois non. Mais tout n’est pas toujours aussi simple...

Itinéra  
Année années 80
Nombre de joueurs 2 à 4
Public

 Public

On entend par « bambins » les très jeunes joueurs d'âge préscolaire, et par « enfants » les jeunes joueurs sachant lire et compter.

ados, adultes
Durée d’une partie

 Durée d’une partie

La durée est donnée à titre indicatif et peut différer de celle indiquée par l’éditeur.

45 min
Caractéristique non vu ailleurs
Mécanisme quiz
Thème Europe
Emplacement réserve E
Règle du jeu  La règle à l’Escale à jeux
Haut · Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Liens · Partage

Itinéra a publié, à ma connaissance, deux jeux : Francophile, que vous pouvez m'offrir, et Europhile, présenté ici. La date d'édition ne figure nulle part sur la boîte ou la règle. L'apparence du jeu, la présence de l'URSS sur la carte et le numéro de téléphone à huit chiffres de l'éditeur permettent de le dater approximativement des années 1980.

Europhile ne brille guère par son originalité. Il s'agit d'un quiz où vous devez identifier les pays, les capitales, les voies fluviales, etc. Tout le monde n'étant pas capable d'identifier du premier coup Saaremaa, le Cap Tarifa ou les îles Lofoten, le jeu peut présenter de l'intérêt malgré l'ancienneté de certaines autres informations.

Haut · Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Liens · Partage
Cliquez ici pour accéder à la page d’accueil   Revenir à l’accueil

Toutes les coordonnées
pour joindre JeuxSoc
Vous voulez imprimer cette présentation ?
Cliquez ici pour faire disparaître les menus du haut et de gauche
 : escaleajeux.fr/fiche/eurob
Rédaction : François Haffner
Publié le 6 janvier 2013